Raid la Saharienne – Equateur 2016

En 2016, la 2ème édition de la Saharienne avait lieu en Equateur. La destination nous a tout de suite parlé à Laura et moi, et toute la bande de raideuses y allait, le choix était donc fait !

Avec Laura, c’était notre 1er Raid à 2, nous avions fait le Raid Amazones ensemble (mais nous étions 3) et d’autres courses (trails), on se connait donc assez bien, mais le Raid à 2 c’était une découverte, notamment en canoë. A titre personnel, j’ai beaucoup aimé, évidemment j’ai la coéquipière idéale donc ça aide ! 😉 On se complète, sans qu’il y ait une différence de niveau, Laura c’est le feu, c’est la tempête qui va nous permettre de nous dépasser et moi je tempère tout ça pour qu’on tienne la route jusqu’au bout!
On avait envie de faire un résultat à la hauteur de nos espérances (minimum Top 5) mais il y avait beaucoup de facteurs extérieurs tels que l’altitude, l’épreuve d’orientation, les conditions de vie qui allaient jouer et affecter la récupération et la motivation…

Le raid s’est déroulé sur 6jours, dont 5 jours réellement sportifs mêlant du trail, du run&bike, du canoë et d’autres épreuves telles qu’un parcours du combattant, une course d’orientation…! Nous avions notamment choisi de participer à ce raid pour la partie sportive qui devait répondre à notre envie d’aller repousser nos limites (distances, dénivelé, chaleur, altitude…).

Le lieu : Loja, dans le sud de l’équateur, à 16heures de vol de Paris.
Période : Novembre. L’automne en Equateur, de belles chaleurs dans le sud mais des soirées très fraîches, d’autant que nous étions en altitude.

J’annonce tout de suite la couleur pour la partie organisation comme ça, c’est fait ! J’ai été très mécontente de beaucoup de choses (notamment des sanitaires, de l’hygiène, du manque de bouffe…), j’ai fait mon retour aux organisateurs, je n’ai donc rien à cacher.

On nous avait annoncé un hébergement en tente de 2 au sein d’un camp militaire… Finalement nous avons dormi dans 2 bâtiments en dur (nous étions environ 50 filles par bâtiment) car l’organisation n’a pas reçu son matériel à temps (pas de tentes, pas de canoës, pas le matériel audio/vidéo…), sur des matelas gonflables, nous voilà jetées dans le bain direct…
J’avoue que cela ne m’a pas dérangé, nous étions obligé de partager des moments de vie avec d’autre personne que celle avec qui tu es venu ou celles que tu connais déjà, ce qui permet donc de rencontrer d’autres personnes et de vraiment bien te marrer ! Des boules quies, un masque sur les yeux et il était possible de passer de bonnes nuits !

Les parties « toilettes / douches » se situaient dans des bâtiments différents et réparties sur le camp. On nous annonce tout de suite qu’il n’y a pas beaucoup d’eau chaude, en tout cas pas assez pour tout le monde donc en gros c’est « arrives dans les premières si tu veux un peu d’eau chaude !»… Bon, je me suis rarement retrouvée sans eau chaude sauf 2 fois, dont une terrible où l’eau était glacée mais vraiment… J’ai même pleuré ! Laura et Violaine qui ont partagé ce grand moment avec moi, s’en souviennent encore !
Les toilettes… Ce fut LE point très négatif du raid pour tout le monde. Il s’est avéré qu’ils ont vite été en manque d’eau pour les chasses d’eau et que le système d’évacuation était disons… pas adéquat pour un raid avec 100 nanas … Très vite il a été impossible de tirer la chasse d’eau, c’était donc clairement DEGUEULASSE en peu de temps, de quoi vous couper toute envie.

Nous avons payé 5590€ TTC pour 2, rajoutons à cela 700€ de billets d’avion par personne. Soit 3500€ par tête de pipe ! Laura et moi n’avons payé de notre poche « que » notre billet d’avion (le reste venant de sponsors et cagnottes participatives) et pour ma part j’ai mis les 500 derniers euros de ma partie car je n’ai pas réussi à boucler mon budget.
J’attendais donc un minimum de la part de l’organisation, mais il y a eu de gros manques. A mon sens, ça ne valait certainement pas le prix que nous avons payé. Même si nous savons qu’il y a eu de gros problèmes liés au transport du matériel, qui était donc indépendant de leur volonté, ceci n’explique néanmoins pas les restrictions alimentaires, ni les toilettes dans un état pitoyable, ni les bus qui arrivent avec 2h de retard…

Maintenant que les points négatifs ont été annoncés – ce qui a un peu entaché ma motivation je dois dire – je peux me concentrer sur ce pour quoi je fais des raids : le sport, le dépassement de soi et le partage. Sur ces points nous avons été servies… De belles épreuves dans la majorité (même si encore une fois on nous annonce des 17km alors qu’il y en a à peine 13 ou 15km de trail de nuit alors qu’en fait on en fait 10…), avec du dénivelé et des parcours incroyablement magnifiques. Avec Laura, nous avons pu nous en donner à cœur joie et les liens que nous avons tissés avec certaines filles me rappellent pourquoi j’aime ce type de compétition.

Je vous invite à revenir demain pour connaître la suite – à savoir la partie la plus intéressante : LES EPREUVES.

Voici le détail des épreuves que nous avons eu lors du Raid :

J1 : Trail 14km (400m de D+) – moy à 2500m altitude
J2 : Bike&Run – 20km (355m de D+) – moy à 1500m altitude
J3 : Descente en « rappel » et Quizz découverte de la ville de LOJA
J4 : Course à pied 3,5km enchaînée avec 6km de Canoë en eaux vives puis Trail de nuit – 10km (240m de D+) – moy à 1000m alt
J5 : Parcours de combattant – parcours de VTT Trial – Course d’Orientation 6km (245m D+ à 2000m alt)
J6 : Bike&Run 8km enchainé avec 6km de Trail (1090m D+) – moy 3000m alt

 

No Comments

Leave a Comment